Barcelone en a marre du tourisme sauvage

Blasés des touristes ivres et des visiteurs qui gambadent nus dans les rues, des résidents d’un quartier en bord de mer à Barcelone ripostent et se plaignent que la ville espagnole soit victime de son propre succès touristique.

Depuis longtemps assaillis par les fêtards étrangers, le quartier de la plage de La Barceloneta a bondi en notoriété le mois dernier quand les journaux ont publié des photos de touristes faisant des achats nus dans un supermarché.

Les familles locales sont alors descendus dans les rues elles-mêmes dans des manifestations de colère, condamnant une industrie du tourisme de masse avec des visiteurs se rendant dans des appartements de location bons marchés et non réglementés dans leur quartier.

« Arrêtez le tourisme sauvage de masse … Mon immeuble n’est pas un hôtel. »

« C’est une épreuve quotidienne pour nous. Dans la nuit, l’endroit se remplit avec des fêtes illégales, les gens se saoulent et crient dans la rue. C’est honteux et insupportable », a déclaré Manel Serrano, 59 ans, poussant sa mère dans un fauteuil roulant lors de la manifestation.

Autrefois un ancien quartier de pêcheurs, le front de mer de La Barceloneta est devenu l’un des plus beaux endroits de la ville quand Barcelone a été rénové pour accueillir les Jeux Olympiques de 1992.

Ayant cependant conservé son caractère local, avec la même communauté profondément enracinée de gens qui vivent dans de petites maisons et des balcons donnant sur les rues étroites.

Or, ces gens du pays disent que ce que l’on appelle « appartements touristiques » font grimper les prix de l’immobilier dans leur région d’origine.

« Ils spéculent avec les appartements et les loyers sont à la hausse », a déclaré Pilar Lozano, une femme sans emploi de 42 ans.

« Nous avons vécu dans ce quartier toutes notre vie. Nous ne pouvons pas permettre cela. »

L’hôtel de ville de Barcelone a dynamisé les patrouilles de police dans le quartier et a intensifié les contrôles de location d’appartements illégaux.

La mairie n’a pas accordé de nouvelles licences pour des appartements touristiques dans le centre depuis mai.

«Nous travaillons depuis un certain temps sur la promotion du tourisme, mais ça n’a pas été correctement fait jusqu’à présent. Maintenant, nous nous y attaquons comme il le faut», a déclaré Sonia Recasens, haut responsable économique de la ville.

You can leave a response, or trackback from your own site.


Commentez

Design by JB